Bandeau image
Les différents comités

Les différents comités

Les différents comités

Partager

twlkfbml
Chapo
L'Institut DATAIA consulte ses différents comités, issus des institutions membres de l'Université Paris-Saclay et ses partenaires, pour ses prises de décision stratégiques.
Contenu
Nom de l'accordéon
Le comité exécutif
Texte dans l'accordéon

Le comité exécutif (ou bureau) est en charge du pilotage global du projet et de l’instruction des actions scientifiques et stratégiques à destination du comité stratégique et du comité des programmes.

Frédéric Pascal, Directeur de l'Institut DATAIA Paris-Saclay, Laboratoire L2S, CentraleSupélec

Frédéric Pascal  a obtenu un Doctorat en Traitement Numérique du Signal de l’Université Paris X-Nanterre. De novembre 2006 à février 2008, il a effectué un post-doctorat au sein de l'équipe en Traitement Numérique du Signal et de l’Information du laboratoire SATIE, CNRS, ENS Cachan, France. Entre mars 2008 et décembre 201, il a été professeur adjoint au laboratoire SONDRA de CentraleSupélec. En 2012, il a obtenu une thèse d’Habilitation à Diriger la Recherche (HDR) en Traitement du Signal à l'Université Paris-Sud. Entre août 2013 et août 2014, il est professeur associé invité au département ECE de l'Université Nationale de Singapour. Depuis janvier 2014, Frédéric Pascal est professeur titulaire au laboratoire L2S de CentraleSupélec. Depuis janvier 2017, il est en charge du groupe "Signaux et Statistiques" du L2S. Il est également coordinateur des activités en sciences des données à CentraleSupélec et titulaire de la chaire Givaudan en sciences des données. Depuis septembre 2017, il est membre du Bureau de l'Institut DATAIA en tant que Coordinateur de Programme. De 2015 à 2017, il a été président de l'EURASIP SAT en recherches théoriques et méthodologiques du traitement des signaux (TMTSP, Theoretical and Methodological Trends in Signal Processing) et il est membre du comité technique SAM de l'IEEE Signal Processing Society. Frédéric Pascal est aussi rédacteur associé pour IEEE Transactions on Signal Processing, pour la revue EURASIP Journal on Advances in Signal Processing et pour Elsevier Signal Processing. Ses domaines de recherche incluent l'estimation, la détection et la classification pour données statistiques en traitement numérique du signal et applications dans le traitement radar et imagerie. Il est auteur et coauteur de plus d'une centaine de publications dans les meilleures revues et de participation aux conférences sur le Traitement Signal, Image et Statistiques.


Frédéric Chazal, Directeur adjoint aspect recherche, Inria Saclay

Frédéric Chazal est Directeur de Recherche au centre Inria Saclay - Ile-de-France et Directeur de l'Institut DATAIA Paris-Saclay. Après un doctorat en mathématiques pures, il a orienté ses recherches vers la géométrie et la topologie computationnelles. Il dirige aujourd'hui l'équipe DataShape (Inria Saclay - Île-de-France) qui travaille sur l'analyse des données topologiques (TDA), un domaine récent et en pleine expansion, au croisement des mathématiques, des statistiques, de l'apprentissage automatique et de l'informatique. Les contributions de Frédéric à ce domaine vont des aspects mathématiques fondamentales aux problèmes algorithmiques et appliqués. Il a publié plus de 80 articles pour des conférences en informatique et revues de mathématiques majeures. Il est co-auteur de 2 livres de référence et 3 brevets. Il est également éditeur associé de 4 revues internationales : Discrete and Computational Geometry (Springer), SIAM Journal on Imaging Science, Graphical Models (Elsevier), Journal of Applied and Computational Topology (Springer). Au cours des dernières années, Frédéric a dirigé plusieurs projets de recherche nationaux et internationaux sur les méthodes géométriques et topologiques en statistique et en apprentissage automatique. Il est également le responsable scientifique de projets de recherche industriels communs entre Inria et plusieurs entreprises telles que Fujitsu (TDA, machine learning et explainable AI) ou la PME française Sysnav.


Sarah Cohen-Boulakia, Directrice adjointe aspect formation, Laboratoire LISN, Université Paris-Saclay

Sarah Cohen-Boulakia est professeure des universités au LISN, le Laboratoire Interdisciplinaire des Sciences du Numérique de l'Université Paris-Saclay. Elle travaille depuis vingt ans avec des groupes multidisciplinaires réunissant des informaticiens et des biologistes de divers domaines. Elle est directrice du GDR MaDICS du CNRS sur la science des données et l’interdisciplinarité. Elle est fortement impliquée dans les activités d'enseignement de l’Université (responsable du Master Bio-Informatique, coordinatrice pédagogique du projet SaclAI-School). Les intérêts de recherche de Sarah Cohen-Boulakia se placent en science des données et incluent la provenance et la conception de workflows scientifiques, la reproductibilité des expériences scientifiques, l’intégration et l'interrogation de données de bases biologiques et biomédicales.


Alexandra Bensamoun, Lien avec les sciences humaines et sociales, droit, Université Paris-Saclay

Alexandra Bensamoun est professeure de droit privé et sciences criminelles (Université Paris-Sud/Paris-Saclay -  Centre d’études et de recherche en droit de l’immatériel CERDI), spécialiste d’IP/IT. Nommée personnalité qualifiée au Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique (CSPLA), elle a mené pour le ministère de la Culture plusieurs rapports, par exemple sur le statut des intermédiaires techniques de l’Internet et sur le droit de communication au public. Chargée de mission au Bureau de l’Institut DATAIA, elle est très impliquée dans la réflexion et la recherche scientifique relative à l’IA et a écrit plusieurs contributions sur sa régulation, notamment en matière de responsabilité et d’éthique. Elle a également codirigé la partie « Enjeux juridiques » du rapport #FranceIA (à la demande du Premier ministre, 2017).


Sylvain Chevallier, Gestion des projets de co-financement, Laboratoire LISN, Université Paris-Saclay

Sylvain Chevallier est professeur à l’Université Paris-Saclay et travaille dans le Laboratoire Interdisciplinaire des Sciences du Numériques (LISN) sur les méthodes géométriques pour l’analyse et la prédiction de séries temporelles multivariées, ainsi que pour la détection d’anomalie. Il a travaillé 10 ans au Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes de Versailles sur l'assistance aux personnes en situation de handicap, en intégrant des interfaces cérébrales dans des applications expérimentales et de collaboration art-science. Il est vice-président de la société savante CORTICO pour la promotion des interfaces cérébrales. Il dirige plusieurs projets de sciences ouvertes et citoyennes pour améliorer la reproductibilité scientifique et faciliter l’appropriation des interfaces cerveau-ordinateur.


Emilie Chouzenoux, Gestion des mobilités nationales et internationales, CentraleSupélec, Université Paris-Saclay

Émilie Chouzenoux a obtenu le diplôme d'ingénieur de l'École centrale, Nantes, France, en 2007, et le doctorat en traitement du signal de l'Institut de recherche en communications et cybernétique (IRCCyN, UMR CNRS 6597), Nantes, en 2010. Entre 2011 et 2019, elle a été maître de conférences à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Champs-sur-Marne, France (LIGM, UMR CNRS 8049). Depuis septembre 2019, elle est chercheuse à l'Inria Saclay, dans le laboratoire CVN à CentraleSupélec, Université Paris-Saclay. Elle est rédactrice associée du SIAM Journal on Mathematics of Data Science et du SIAM Journal on Imaging Science. Depuis janvier 2020, elle est l'investigatrice principale d'un Starting Grant du Conseil européen de la recherche. Ses recherches portent sur les algorithmes d'optimisation à grande échelle pour les problèmes inverses et les problèmes d'apprentissage automatique du traitement d'images.


Antoine Cornuéjols, Lien avec la communauté biologie computationnelle, AgroParisTech

Antoine Cornuéjols est professeur à AgroParisTech, responsable de l’équipe EKINOCS (Learning and Integration of Knowledge) dans l’UMR AgroParisTech/INRAE MIA-Paris. Ses recherches portent sur l’apprentissage à partir de flux de données, l’apprentissage par transfert et sur les méthodes d’apprentissage collaboratives supervisées et non supervisée. Il est co-auteur avec Laurent Miclet et Vincent Barra de l’ouvrage « Apprentissage Artificiel. Concepts et algorithmes. De Bayes et Humes au deep learning » (4ème édition en 2021). Il est également co-responsable de la chaire partenariale H@rvest sur l’agriculture numérique.


Claire Nédellec, Lien avec la communauté bio-informatique, équipe MaIAGE, INRAE

Claire Nédellec est directrice de recherche en informatique, responsable de l'équipe Bibliome (INRAE Jouy-en-Josas et Université Paris-Saclay). Après 10 ans passés au LRI (Université Paris-Sud) en thèse sous la direction d'Yves Kodratoff, puis comme enseignante-chercheuse, elle a rejoint l'unité MaIAGE à l'INRAE où elle a créé l'équipe Bibliome. Ses recherches portent sur l'extraction d'information à partir de textes dans le domaine des sciences de la vie et leur formalisation par des ontologies. Elle contribue aussi au développement de services ouverts de text mining à destination des scientifiques dans le cadre de projets internationaux et nationaux. Elle a coordonné la rédaction des recommandations du CoSO (Comité pour la Science Ouverte) sur l’analyse automatique de documents (2019).


David Rousseau, Lien avec le CDS et la communauté de physique, IJCLab-Orsay, CNRS

David Rousseau est physicien, Directeur de Recherche au CNRS/IN2P3 dans le laboratoire IJCLab-Orsay Université Paris Saclay. Il est membre de la collaboration ATLAS auprès du Large Hadron Collider au CERN, étudiant principalement la physique du boson de Higgs. Il a un intérêt tout particulier pour l’utilisation de l’Intelligence Artificielle en physique et en sciences plus généralement, en particulier modèles de substitution, réduction  de dimensionnalité, classification en présence d’incertitudes. A cet effet il a organisé deux challenges Kaggle et est co-responsable de l’Interexperiment Machine Learning group au CERN, et co-responsable du Center for Data Science Paris Saclay.


Fatiha Saïs, Lien avec la communauté IA Symbolique, Laboratoire LISN, Université Paris-Saclay

Fatiha Saïs est Professeure des Universités à l’Université Paris Saclay et membre du Laboratoire Interdisciplinaire des Sciences du Numérique (LISN) où elle dirige l’équipe LaHDAK (Données et connaissances hétérogènes à grande échelle). Ses recherches portent sur : le liage et la fusion de données dans le Web de données, la détection d’erreurs et la validation de faits dans les graphes de connaissances ainsi que la découverte de règles et de motifs de graphes dans les données graphes pour le liage de données, la prédiction de liens, la prise de décision ou encore l’explication de relations causales. Ses travaux s’appuient sur des techniques issues de plusieurs domaines : la représentation de connaissances et raisonnement, la fouille de données et l’apprentissage automatique. Elle est actuellement membre du conseil d’administration de l’AFIA (Association Française pour l'Intelligence Artificielle) et membre actif du GDR MaDICS sur la science des données et du GDR IA (Aspects Formels et Algorithmiques de l'Intelligence Artificielle). Enfin, en enseignements à l’université Paris Saclay, Fatiha Saïs est co-responsable de la mention informatique de la GS ISN au niveau master comprenant 15 parcours de Master 1 et Master 2 et elle est co-responsable du parcours Data Science.


François Terrier, Relations industrielles, IA de confiance, CEA

Directeur de recherches au CEA, François Terrier est responsable du programme Intelligence Artificielle au CEA. Après un Doctorat en IA et 10 ans de R&D dans le domaine, a conduit des recherches sur l’ingénierie des logiciels et des systèmes de confiance. Auteurs de plus de 100 publications, il a été représentant du CEA dans le réseau d’excellence sur les systèmes temps réel piloté par Joseph Sifakis, et acteur pour la normalisation sur la thématique auprès de l’OMG. Chef de département de 2010 à 2020, il a été en charge du développement des activités sur l’ingénierie basée modèle, les méthodes formelles qui ont donné lieu à la production de plates-formes open sources internationales (Papyrus, Frama-C). Dans cette mission, il a soutenu l’émergence des nouvelles activités sur la cyber-sécurité, les systèmes distribués résilients, dont la blockchain. De part, sa double culture en IA et en ingénierie des systèmes de confiance, il a construit l’axe l’intelligence artificielle de confiance du CEA qu’il pilote et déploie dans différents projets tels que confiance.ai et le réseau d’excellence européen TAILOR.

Nom de l'accordéon
Le comité stratégique
Texte dans l'accordéon

Le comité stratégique est l'organe décisionnel de l'Institut DATAIA Paris-Saclay, en charge de valider les orientations scientifiques et stratégiques proposées par le comité exécutif et le comité des programmes. Il est composé de six membres, représentants de l'Université Paris-Saclay et de trois organismes nationaux de recherche :

Jean-Yves Berthou, Directeur du centre Inria Saclay

Docteur en informatique, Jean-Yves Berthou est un universitaire formé à la recherche dans le domaine de la simulation et du calcul scientifique haute performance. Il a exercé une dizaine d’années au sein d’organismes de recherche public et près de vingt ans dans l’industrie, chez EDF principalement au sein de la R&D. Il a consacré ces quatre dernières années à mettre en place une dynamique et une démarche d'innovation à la Direction transformation et efficacité opérationnelle d’EDF qui s’est traduite par l’industrialisation de plus de 250 innovations et la contractualisation d'une soixantaine de partenariats avec des startups. De 2011 à 2015, Jean-Yves Berthou a été le responsable du département numérique et mathématiques (NuMa) de l’Agence nationale de la recherche, chargé d’organiser la sélection, le financement et le suivi de projets de recherche ainsi que la mise en place de collaborations européennes et internationales. De 1997 à 2011, il a occupé diverses fonctions à la direction de la recherche d’EDFEDF R&D. Il a été successivement chercheur, chef de projets, manager puis a pris la direction du programme Simulation et du programme Technologies de l’information de EDF R&D. Ces différentes missions l'ont naturellement conduit à collaborer avec Inria, notamment lorsqu'il siégeait à la commission d'évaluation de l'institut entre 2008 et 2011. Depuis quinze ans, Jean-Yves Berthou est régulièrement sollicité par la Commission européenne pour des missions d'expertise, en particulier dans les domaines du calcul haute performance, de l'open science ou encore sur les stratégies de recherche et d'innovation.


Olivier Cappé, Chercheur, CNRS/Laboratoire LIMSI (Orsay)

Olivier Cappé est spécialisé dans divers aspects de l'apprentissage automatique, des statistiques et du traitement du signal. Dans un passé lointain (années 1990), il a commencé dans le domaine du traitement de la parole et du son. Plus récemment (années 2000), il a contribué aux méthodes bayésiennes, à la méthode de Monte Carlo par chaîne de Markov et à certaines applications en traitement du langage naturel. La majorité de ses travaux récents (années 2010) sont liés à l'apprentissage en ligne et aux modèles de bandits multi-armés. Depuis septembre 2021, Olivier Cappé est affilié au Centre Sciences des Données (CSD), nouvellement créé à l'ENS. Il est également directeur adjoint scientifique de la division Sciences et Technologies de l'Information (INS2I) du CNRS, où il est en charge des actions dans le domaine des sciences de l'information au sens large (sur des sujets tels que l'intelligence artificielle, la cybersécurité et l'informatique quantique).


Paul-Henry Cournède, Directeur de la Recherche à CentraleSupélec

Paul-Henry Cournède est diplômé de Centrale Paris (promo 97) et de l'Université de Cambridge (Master of Advanced Study in Mathematics). Il a ensuite réalisé une thèse en mathématiques appliquées entre le CEA et Centrale Paris, un post-doctorat à l'INRIA Sophia-Antipolis, puis est devenu enseignant-chercheur à l'école en 2002. Il est aujourd'hui Professeur au Département de Mathématiques et dirige depuis 2016 le laboratoire MICS. Il y anime l'équipe de recherche Biomathematics, sur l'analyse des systèmes et données biologiques, avec de fortes applications en oncologie dans le cadre du partenariat avec Gustave Roussy. Il est également membre de la Fédération de Mathématiques, du Conseil des Etudes de CentraleSupélec, du Conseil Scientifique de la Faculté de Médecine de l'Université Paris-Saclay, du Comité Scientifique et pédagogique de l’Ecole de l’Inserm Pfizer Innovation, du Comité ANR Laboratoires Communs.


Michel Guidal, Vice-président Recherche adjoint Sciences et ingénierie Université Paris-Saclay

En juin 1992, Michel Guidal obtient son Master "Champs, Particules, Matière" à l'Université Paris Sud, située à Orsay. En décembre de l'année suivante, il poursuit un Master en sciences à l'Université de Caroline du Sud à Columbia, aux Etats-Unis sur la thématique de recherche "Simulation of the CLAS detector at CEBAF with GEANT". 3 ans plus tard, Michel Guidal prépare une thèse en physique au CEA de Saclay (SPhN /DAPNIA/DSM), sur la thématique "Photoproduction de mésons sur le nucléon aux énergies intermédiaires". En décembre 1996, il est Post-Doc au NIKHEF, à Amsterdam. L'année suivante, Michel est Chargé de recherche at CNRS/IN2P3 à l'Institut de Physique Nucléaire d'Orsay. 10 ans plus tard, Michel Guidal reçoit son habilitation à diriger des recherches (HDR) à l'Université Paris Sud à Orsay, sur la thématique "Experimental and phenomenological study of Generalised Parton Distributions". En 2009, il devient directeur de recherche (2ème classe) au CNRS/IN2P3, Institut de Physique Nucléaire d'Orsay. En 2014, il obtient le prix Joliot-Curie de la part de la Société Française de Physique. En 2017, il devient le directeur de la recherche de l'Institut.


Jean-Noël Patillon, Directeur du CEA-List

Jean-Noël Patillon est diplômé de l'école d'ingénieurs Supélec et titulaire d'un doctorat en physique du solide du Laboratoire de physique du solide de l'Université Paris XI. De 1984 à 1996, il rejoint le LEP (Laboratoire d'Electronique Philips), et devient le chef du groupe Optoélectronique. En 1996, il rejoint Motorola Labs Paris et dirige les laboratoires "Broadband System and Technology" et "Molecular Electronics Research", qui abordent les domaines des systèmes à courte portée (WLAN, WPAN) et des réseaux hétérogènes, de la radio cognitive et de la SDR. Il est impliqué dans divers projets tels que @HOM, Broadway, UCAN, WINNER, PULSERS, FIREWORKS, E2R/E2RII, E3. En janvier 2009, il rejoint le Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA) et devient le responsable du laboratoire "Systèmes de communication" de l'institut CEA List, travaillant sur les systèmes et solutions de communication E2E et M2M. Il contribue à la mise en place de l'opération Nano-INNOV et de l'Institut de Recherche Technologique SystemX. Il est nommé directeur scientifique du CEA List et adjoint au directeur de l'institut Carnot du CEA List en 2013. Il est directeur par intérim de l'institut CEA List depuis septembre 2018.


Nicolas Vayatis, Enseignant-Chercheur à l'ENS Paris-Saclay

Spécialiste de science des données et de machine learning, Nicolas Vayatis anime un groupe de recherche qui développe des travaux en modélisation et algorithmie prédictive, science des réseaux, traitement du signal, en interface constante avec l’industrie et le domaine biomédical.

Nom de l'accordéon
Le comité des programmes
Texte dans l'accordéon

Le comité des programmes est l'organe chargé de proposer au comité stratégique les actions scientifiques à entreprendre. Il désigne les projets et les actions d'animation à soutenir. Il est composé par les représentants de huit graduate schools (dites "GS") de l'Université Paris-Saclaycinq organismes nationaux de recherche, un représentant de l'Institut Minès-Télécom Business School, deux représentants de l'Institut Polytechnique de Paris et HEC.


Alexandra Bensamoun, GS Droit, Université Paris-Saclay

Alexandra Bensamoun est professeure de droit privé et sciences criminelles (Université Paris-Sud/Paris-Saclay -  Centre d’études et de recherche en droit de l’immatériel CERDI), spécialiste d’IP/IT. Nommée personnalité qualifiée au Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique (CSPLA), elle a mené pour le ministère de la Culture plusieurs rapports, par exemple sur le statut des intermédiaires techniques de l’Internet et sur le droit de communication au public. Chargée de mission au Bureau de l’Institut DATAIA, elle est très impliquée dans la réflexion et la recherche scientifique relative à l’IA et a écrit plusieurs contributions sur sa régulation, notamment en matière de responsabilité et d’éthique. Elle a également codirigé la partie « Enjeux juridiques » du rapport #FranceIA (à la demande du Premier ministre, 2017).


Thibault Faney, IFP Energies Nouvelles, Project Leader

Thibault Faney est chef de projet à IFP Energies Nouvelles dans la direction Sciences et Technologies du Numérique. Ses travaux de recherche portent sur l’apport des sciences des données à la simulation de modèles physiques, avec une attention particulière dédiée aux questions de garantie sur la solution et de conservation des quantités physiques. Il a travaillé sur des projets liés aux écoulements en milieu poreux, au contrôle et à l’optimisation de fermes éoliennes, à la combustion pour les moteurs et turbines à gaz ou encore à la dynamique moléculaire pour le développement de catalyseurs.


David Filliat, ENSTA / IP Paris, Enseignant-Chercheur / Directeur Scientifique CIEDS IP Paris

David Filliat est professeur dans l’Unité d’informatique et d’ingénierie des systèmes (U2IS) de l’ENSTA Paris et membre de l’équipe INRIA/ENSTA Paris FLOWERS sur la robotique développementale. Il est également le directeur scientifique du Centre Interdisciplinaire d’Etudes pour la Défense et la Sécurité (CIEDS) de IP Paris. Ses recherches portent sur la robotique et plus particulièrement sur les problémes de perception et d’apprentissage. Il cherche à développer des méthodes pour simplifier et rendre plus robuste l’utilisation de robots et à augmenter leur autonomie. Il s’intéresse plus particulièrement à la navigation, cartographie, planification, l’apprentissage appliqué à la perception multi-modale et l’apprentissage par renforcement et les applications aux robots mobiles, aux drones et aux véhicules autonomes.


Cyril Furtlehner, Inria, Chargé de recherche

Cyril Furtlehner est Chargé de recherche Inria, détenteur d'un doctorat de physique théorique et d'une Hdr. Après avoir effectué sa thèse à l'IPN d'Orsay, puis des post-docs successifs à l'institut Max Planck d'Heidelberg et à l'Université d'Oslo, il a, dans un premier temps rejoint l'équipe PREVAL à l'Inria-Rocquencourt puis l'équipe TAU à l'Inria Saclay, pour travailler sur des thématiques théoriques et appliquées, liées aux processus stochastiques et à l'inférence probabiliste. Depuis lors, ses travaux de recherche ont porté sur des sujets interdisciplinaires, principalement des problèmes de physique statistique liés à l'optimisation et à l'apprentissage machine.


Fabrice Le Guel, GS Économie & Management, Université Paris-Saclay

Fabrice Le Guel est économiste, Maître de Conférences HDR à l’Université Paris Saclay, membre du bureau de direction du Master 2 IREN (Industries de Réseau et Économie Numérique). Ses domaines de recherche concernent l’économie du numérique, l’économie de l’innovation, l’économie des réseaux et l’économie de la vie privée. Il co-anime avec Laurence Devillers la Chaire en Intelligence Artificielle 'HUMAAINE' ((HUman-MAchine Affective INteraction & Ethics) et est membre du comité des programmes de L'Institut DATAIA Paris-Saclay.


Olivier Lespinet, GS Life Science & Health, Université Paris-Saclay

Son activité de recherche est centrée sur l'analyse évolutive des génomes et des réseaux biologiques. Dans ce cadre, Olivier Lespinet participe au développement de plusieurs projets dont les plus significatifs sont l'évolution de la synténie chez les procaryotes, la découverte et l'identification des activités enzymatiques orphelines, l'annotation et l'analyse du génome du champignon filamenteux Podospora anserina, l'étude de la diversité, de la dynamique et de l'évolution des réseaux biologiques et l’étude des réseaux biologiques (réseaux de régulation génétique, réseaux d'interactions protéiques, réseaux métaboliques) est un bon moyen de comprendre comment évolue et fonctionne le vivant. En dehors des approches purement expérimentales visant par exemple à dresser la liste des protéines interagissant les unes avec les autres dans une condition physiologique donnée pour un organisme particulier, des approches in silico se basant sur ces données expérimentales couplées aux approches de génomique comparées permettent également aujourd’hui d’étudier les réseaux biologiques.


Cécile Mallet, GS Géosciences & Climat, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Cécile Mallet est responsable du Master TRIED (Traitement de l'Information et Exploitation des Données) au sein de l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ). Enseignement : Méthodes numérique - Analyse de données - Modélisation statistique - Réseaux de Neurones - Apprentissage statistique. Recherche : statistique appliquée à l'environnement - observation et modélisation des précipitations atmosphériques (évènements extrêmes) - télédétection spatiale. Spécialisations : Recherche en statistique appliquée au milieu naturel, Enseignement, Contrats de recherche, Rapporteur revues, Habilitation à diriger des recherches. Responsable équipe SPACE (Statistique Processus Atmosphère Cycle de l'Eau) du LATMOS.


Mathilde Mougeot, GS Mathématiques, ENS Paris-Saclay

Mathilde Mougeot est chercheuse et professeure en science des données à l'École nationale supérieure d'informatique pour l'industrie et l'entreprise (ENSIIE) et titulaire de la chaire Industrial data analytics and machine learning du Centre Borelli. Son parcours atypique, en industrie et dans le monde académique, lui procure une double compétence qu’elle met au service de la recherche et l’enseignement en sciences des données.


Julien Peloton, Laboratoire de Physique Irène Joliot-Curie (IJCLab), Ingénieur de Recherche

Titulaire d'un doctorat en physique de l'Univers, Julien Peloton est ingénieur de recherche au Laboratoire de Physique des 2 infinis Irène Joliot-Curie – IJCLab. Ses travaux portent principalement sur le traitement en temps réel de grandes masses de données sur des infrastructures informatiques distribuées, comme le cloud. Il est chef de projet en astronomie, et participe activement à l'enseignement de l'informatique dans les parcours de physique de l'Université Paris-Saclay.


Gaël Richard, Institut Polytechnique de Paris / HEC, Directeur exécutif de Hi! Paris

Gaël Richard est le directeur exécutif de Hi!Paris et professeur à Télécom Paris, Institut Polytechnique de Paris. Ses travaux de recherche se situent au cœur de la numérisation et sont dédiés à l'analyse, la transformation, la compréhension et l'indexation automatique des signaux acoustiques (incluant la parole, la musique, les sons environnementaux) et dans une moindre mesure des signaux hétérogènes et multimodaux. Il a notamment développé plusieurs méthodes de séparation de sources pour les signaux audio et musicaux basées sur des approches d'apprentissage automatique.


Sophie Schbath, INRAE, Directrice de Recherche

Sophie Schbath a obtenu une thèse de doctorat en Statistique de l'Université de Paris V en octobre 1995. Elle a fait sa thèse au laboratoire de Biométrie de l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) à Jouy-en-Josas, dans lequel elle a obtenu un poste permanent de chercheur en août 1996. En 1996, elle a effectué un post-doctorat d'un an à Los Angeles, dans l'équipe de Simon Tavaré et Michael Waterman. En 2000, elle a intégré le nouveau laboratoire multidisciplinaire MIG (Mathématiques, Informatique & Génome) à l'INRA-Jouy et elle a soutenu son habilitation le 22 septembre 2003. Sophie Schbath a été présidente de la Société Française de BioInformatique (300 membres) de 2010 à 2016 et elle a co-dirigé le Groupement de Recherche Français "BioInformatique Moléculaire" (1000 membres) de 2006 à 2014. Elle est désormais directrice de recherche de l'INRAE. Depuis 2015, elle est à la tête du laboratoire MaIAGE. Elle est également la responsable scientifique de l'installation de bioinformatique Migale. Son principal intérêt est de développer des méthodes statistiques pour l'analyse du génome et du métagénome. Ses objets favoris sont les motifs d'ADN sous toutes leurs formes : mots, kmers, mots dégénérés, motifs structurés, matrices de poids de position, correspondances maximales exactes, etc. Elle étudie principalement leur fréquence mais aussi leur localisation le long des génomes, en recherchant notamment les motifs co-localisés. Elle a initié et participé au développement du logiciel R'MES, qui évalue la signification statistique du nombre de motifs dans les séquences d'ADN. Ces dernières années, elle s'est particulièrement intéressée à l'étude des écosystèmes microbiens au sein de son laboratoire.


Nicolas Soulié, Institut Mines-Télécom Business School, Chercheur

Nicolas Soulié est maître de conférences en économie numérique à Institut Mines-Télécom Business School. Il est titulaire d'un doctorat en économie de l'Université Toulouse 1 - Capitole. Ces travaux portent sur les données personnelles et les problèmes de vie privée en ligne sur les réseaux sociaux (discrimination, targeting, etc.), et, sur l'impact des Technologies de l'Information (smartphone, application, etc.) sur la mobilité des individus (décision, bien-être, etc.).


François Terrier, CEA, Relations industrielles, IA de confiance

Directeur de recherches au CEA, François Terrier est responsable du programme Intelligence Artificielle au CEA. Après un Doctorat en IA et 10 ans de R&D dans le domaine, a conduit des recherches sur l’ingénierie des logiciels et des systèmes de confiance. Auteurs de plus de 100 publications, il a été représentant du CEA dans le réseau d’excellence sur les systèmes temps réel piloté par Joseph Sifakis, et acteur pour la normalisation sur la thématique auprès de l’OMG. Chef de département de 2010 à 2020, il a été en charge du développement des activités sur l’ingénierie basée modèle, les méthodes formelles qui ont donné lieu à la production de plates-formes open sources internationales (Papyrus, Frama-C). Dans cette mission, il a soutenu l’émergence des nouvelles activités sur la cyber-sécurité, les systèmes distribués résilients, dont la blockchain. De part, sa double culture en IA et en ingénierie des systèmes de confiance, il a construit l’axe l’intelligence artificielle de confiance du CEA qu’il pilote et déploie dans différents projets tels que confiance.ai et le réseau d’excellence européen TAILOR.


Emmanuel Vazquez, GS Engineering, CentraleSupélec

Emmanuel Vazquez est chercheur dans le domaine de la conception et de l'analyse bayésiennes d'expériences informatiques (DACE bayésienne). Il enseigne les statistiques bayésiennes à CentraleSupélec. Il est également le coordinateur des projets de science des données. Dans le passé, il a également enseigné l'analyse fonctionnelle et la théorie des probabilités. La conception et l'analyse d'expériences informatiques consistent à utiliser des approches statistiques pour résoudre des problèmes tels que l'approximation, la quantification d'incertitude, l'optimisation... impliquant des programmes informatiques (ou simulateurs) qui émulent des systèmes physiques (voir, par exemple, Santner 2003). Son travail s'appuie sur la théorie de la décision séquentielle bayésienne. Dans le domaine des expériences informatiques, l'approche bayésienne commence par une distribution préalable qui représente notre croyance préalable sur la structure du modèle informatique. L'utilisation de cette approche pour les expériences informatiques est apparue dans les années 1980.


Lina Ye, GS Computer Science, CentraleSupélec - Professeure associée en Informatique

Lina Ye a étudié l'informatique et les systèmes d'information à l'Université de Surrey, en Angleterre, et à l'Université de Paris-Sud 11. Elle a ensuite obtenu le diplôme de doctorat en informatique de l'Université de Paris-Sud 11, en France, en 2011. Elle a occupé un poste post-doctoral dans l'équipe de recherche CONVECS à l'Inria Rhône-Alpes en 2012-2014. Elle est actuellement professeur associé en informatique à CentraleSupélec, Université Paris Saclay. Ses travaux de recherche ont été effectués au laboratoire LRI (Laboratoire de Recherche en Informatique) jusqu'à fin 2020 et maintenant au laboratoire LMF (Laboratoire Méthodes Formelles), Université Paris Saclay, France.


Pierre Zweigenbaum, CNRS, Chercheur

Pierre Zweigenbaum, PhD, FACMI, FIAHSI, est chercheur principal au Laboratoire interdisciplinaire des sciences du numérique (LISN, Orsay, France), un laboratoire du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l'Université Paris-Saclay, où il a dirigé le groupe de traitement du langage naturel du LISN pendant sept ans. Avant le CNRS, il a été chercheur aux Hôpitaux publics de Paris dans une équipe Inserm pendant vingt ans. Il a également été professeur à temps partiel à l'Institut national des langues et civilisations orientales pendant dix ans. Ses recherches portent sur le traitement du langage naturel, avec la médecine comme principal domaine d'application. Il s'intéresse à l'extraction d'informations dans des contextes multilingues et est l'auteur ou le co-auteur de méthodes et d'outils permettant de détecter divers types d'entités médicales, d'étendre les abréviations, de résoudre les coréférences et de détecter les relations. Il a également conçu des méthodes d'acquisition automatique de connaissances linguistiques à partir de corpus et de thésaurus, pour aider à étendre les lexiques et les terminologies monolingues et bilingues, en utilisant des corpus parallèles et comparables. Il est diplômé de l'École Polytechnique (1980) et de Télécom Paris (1982), et titulaire d'un doctorat de Télécom Paris (1985). Ancien vice-président de l'Association française pour le traitement du langage naturel (ATALA) et de l'Association française pour l'intelligence artificielle (AFIA), fondateur et président du SIG francophone de l'International Medical Informatics Association, il a été élu fellow de l'American College of Medical Informatics en 2014 et fellow de l'International Academy of Health Sciences Informatics en 2019.

Nom de l'accordéon
Le conseil scientifique
Texte dans l'accordéon

Le conseil scientifique est composé de scientifiques de haut niveau et de renommée internationale, qui ne sont affiliés à aucun des partenaires de l'Institut. Il donne son avis sur les grandes orientations de la politique scientifique de l'Institut et il assure la cohérence entre l'évolution de l'activité et les programmes scientifiques.

Masaru Kitsuregawa, Université de Tokyo (Japon), Directeur de l'Institut National d'Informatique / Professeur à l'Institut des Sciences Industrielles

Masaru Kitsuregawa est directeur de l'Institut national d'informatique et professeur à l'Institut des sciences industrielles de l'Université de Tokyo. Il a obtenu un doctorat de l'université de Tokyo en 1983. Il a occupé divers postes, notamment celui de président de la société de traitement de l'information du Japon (2013-2015) et de président du comité pour l'informatique du Conseil scientifique du Japon (2014-2016). Il a de nombreux intérêts de recherche, notamment dans le domaine de l'ingénierie des bases de données. Il a reçu de nombreuses récompenses, notamment le prix de l'innovation ACM SIGMOD E. F. Codd, le prix de la contribution IEICE, le prix de la contribution IPSJ, le prix de l'invention du 21e siècle, la mention élogieuse nationale pour l'invention, le prix du Japon et le prix C&C. En 2013, il a reçu la médaille avec le ruban violet et en 2016, le titre de Chevalier de la Légion d'Honneur. Il est membre de l'ACM, de l'IEEE, de l'IEICE et de l'IPSJ. 


Laure Lucchesi, Etalab, Directrice

Laure Lucchesi est la directrice d'Etalab, la mission chargée de piloter l'ouverture et le partage des données publiques (Open Data). Cet organisme, placé sous l'autorité du premier ministre, est chargé de promouvoir l'ouverture et le partage des données publiques. Etalab administre le portail data.gouv.fr, destiné à rassembler et à mettre à disposition librement l'ensemble des informations publiques de l'Etat, de ses établissements publics et, si elles le souhaitent, des collectivités territoriales et des personnes de droit public ou de droit privé chargées d'une mission de service public.


Verena Rieser, Université Heriot-Watt (Edimbourg, Royaume-Uni), Professeur d'intelligence artificielle

Verena Rieser est professeur d'intelligence artificielle à l'université Heriot-Watt d'Édimbourg, où elle est affiliée à l'Interaction Lab et au Edinburgh Centre for Robotics. Verena est titulaire d'un doctorat de l'Université de la Sarre (2008) et a travaillé comme chercheur postdoctoral à l'Université d'Édimbourg (2008-11). Ses recherches se concentrent sur les techniques d'apprentissage statistique pour l'IA conversationnelle, c'est-à-dire les systèmes de dialogue parlé et la génération du langage. Elle est l'auteur de plus de 100 articles évalués par des pairs et a reçu plusieurs prix pour ses recherches. Elle a servi la communauté des chercheurs dans un certain nombre de rôles de direction, ainsi que comme conseillère scientifique auprès du gouvernement et des organismes publics. Au cours des deux dernières années, Verena et son groupe ont été la seule équipe britannique à se rendre en finale du prix Amazon Alexa.


John Shawe Taylor, Université College London (Royaume-Uni), Professeur d'informatique

John Shawe-Taylor est professeur d'informatique à l'University College London. Il a contribué à une renaissance fondamentale dans le domaine de l'apprentissage statistique, avec des applications dans des domaines nouveaux tels que la vision par ordinateur, la classification de documents, et des applications en biologie et en médecine axées sur le scanner cérébral, l'immunité et l'analyse des protéomes. Il a publié plus de 250 articles et deux livres qui ont été cités plus de 66 000 fois. Il a également contribué à la mise en place d'une série de réseaux d'excellence européens influents. La coordination scientifique de ces projets a influencé toute une génération de chercheurs et a favorisé l'adoption généralisée de l'apprentissage machine, tant dans le domaine scientifique que dans celui de l'industrie, dont nous sommes actuellement les témoins. Il a été nommé titulaire de la chaire UNESCO d'intelligence artificielle en novembre 2018 et est le principal administrateur de la fondation caritative britannique, Knowledge 4 All Foundation, qui promeut l'éducation ouverte et aide à établir un réseau de chercheurs et de praticiens de l'intelligence artificielle en Afrique subsaharienne.


Henri Verdier, Ambassadeur pour le Numérique (France)

Ancien élève de l’École normale supérieure, Henri Verdier fut le fondateur et le directeur général de la société Odile Jacob Multimédia. Il est cofondateur, avec Jean-Michel Lasry, Pierre-Louis Lions et Olivier Guéant, de la société MFG-Labs, qu’il quitte en 2012, et qui est acquise par Havas Media en mai 2013. Membre fondateur du pôle de compétitivité Cap Digital, il en exerça la vice-présidence de 2006 à 2008, avant d’être président du Conseil d’administration de 2008 à janvier 2013. Il dirige, dès janvier 2013, Etalab, mission chargée de l’ouverture des données publiques sous l’autorité du Premier ministre. Sous sa direction, Etalab développe une nouvelle version, inaugurée le 18 décembre 2013, du portail d’open data français « data.gouv.fr », qui héberge de nombreuses données publiques et qui est le premier portail d’open data au monde à accueillir les données et les réutilisations des citoyens. Henri Verdier est aussi membre du conseil scientifique de l’Institut Mines-Télécom, ainsi que du comité de prospective de l’ARCEP et du comité de prospective de la CNIL. Le 19 septembre 2014, il est nommé Administrateur général des données par le gouvernement Français. Un an plus tard, le 23 septembre 2015, Henri Verdier est nommé, en Conseil des ministres, directeur interministériel du numérique et du système d’information et de communication de l’État (DINSIC).


Stefan Wrobel, Université de Bonn (Allemagne), Professeur d'informatique / Directeur de l'Institut Fraunhofer

Stefan Wrobel est professeur d'informatique à l'université de Bonn et directeur de l'Institut Fraunhofer pour les systèmes d'analyse et d'information intelligents IAIS. Il a étudié informatique et intelligence artificielle à Bonn et Atlanta, Géorgie/USA (M.S.,Georgia Institute of Technology) et a obtenu son doctorat à l'université de Dortmund. Après plusieurs années d'études à l'Université de Dortmund, il a obtenu son doctorat. Après quelques années de recherche et en tant que co-fondateur d'une start-up, il a été nommé professeur à l'université de Magdebourg, avant d'occuper son poste actuel. En outre, il est l'un des directeurs de l'association Bonn-AachenCentre international pour les technologies de l'information (b-it). Les travaux du professeur Wrobel sont axés sur les systèmes intelligents et leur utilisation productive dans les entreprises applications, en se concentrant notamment sur les innovations en matière d'apprentissage statistique, d'intelligence artificielle et des fondements des grandes données, des écosystèmes de données et des structures d'entreprise. Il est l'auteur d'un grand nombre de publications sur l'exploration de données et l'apprentissage statistique et fait partie du comité de rédaction de plusieurs revues académiques dans son domaine. Il est co-président de ML2R, l'une des revues allemandes d'excellence et apprentissage statistique, et conférencier de la Fraunhofer Alliance sur l'apprentissage statistique et l'IA.